Pour voir nos solutions simples, choisissez une option ci-dessous:

Connexion

S'inscrire

Les aérosols

LE PROBLÈME :

Plusieurs produits que vous utilisez dans votre salle de bains sont tout probablement conditionnés sous forme de pulvérisateur aérosol. Ce pourrait être le cas de votre fixatif, de votre désodorisant, de votre crème à raser et même de votre purificateur d’air. Ce qui a motivé le lancement sur le marché de produits en aérosol, c’est la volonté d’en rendre l’application et la production plus rapide et plus simple. Il faut dire, cependant, que ces produits posent plusieurs risques sérieux pour la santé.

La façon la plus rapide pour l’organisme d’absorber un produit chimique ou une substance quelconque, hormis l’injection intraveineuse, c’est l’inhalation du produit. Lorsqu’on utilise un pulvérisateur aérosol, environ la moitié de la substance pulvérisée se retrouve dans l’air ambiant. Dans une salle de bain exiguë et sans aération, on inhale la plus grande partie du produit et des substances chimiques nocives qu’il renferme.

On a montré que dans un produit de beauté typique en aérosol, les divers ingrédients chimiques posent de graves dangers pour la santé : éruptions cutanées, urticaire, irritation des yeux, vision floue, hypotension artérielle, céphalées, confusion mentale, nausées et, en cas d’inhalation à forte dose, perte de conscience, réaction anaphylactique et lésions pulmonaires graves, entre autres.1

Parmi tous les produits en aérosol dans votre salle de bains, c’est sans doute le purificateur d’air qui pose le plus de risques. Une étude récente menée par le National Resources Defense Council des États-Unis a révélé que dans une proportion de 12 sur 14, les purificateurs d’air de marques populaires renfermaient des produits chimiques dangereux connus sous le nom de phtalates. On a lié ces substances à certaines affections, notamment un déséquilibre hormonal, ainsi qu’à des déficiences congénitales.2

Vous utilisez aussi tout probablement des aérosols à l’extérieur de votre salle de bains, par exemple de la cire pour meubles ou du nettoie-vitres. Une étude menée en 2007 par le Centre de recherches en épidémiologie de l’Institut municipal de recherche médicale de Barcelone, en Espagne,  a montré que l’utilisation de produits nettoyants ou de purificateurs d’air en aérosol entraînait une hausse radicale du risque d’asthme. Parmi les sujets à l’étude qui ont dit utiliser des nettoyants en aérosol une fois par semaine, les risques d’asthme se sont révélés 45 % plus élevés chez les femmes et 76 % plus élevés chez les hommes. Et chez ceux qui utilisaient ces produits au moins quatre fois par semaine, les risques doublaient.3